Le WAQ donne des bonnes idées, faut croire…

Le badge du WA! 2016 était de couleur bleu poudre cette année...

Le badge du WAQ 2016 était de couleur bleu poudre cette année…

 

La semaine dernière avait lieu le Web à Québec, l’événement par excellence pour tout amateur du numérique tel que je suis. Je dois avouer que j’ai senti une énergie toute fraîche cette année, digne des premiers WebComs de Montréal, mais encore plus dynamique. Il y avait une fébrilité et une bonne humeur communicative, malgré la température qui laissait à désirer à l’extérieur.

Il y avait un volet dédié au marketing Web lors de l’événement, mais je crois qu’une bonne partie des conférence, peut-être même sans le vouloir, tendaient dans cette direction. Je pense que nous sommes rendus là, le positionnement, la segmentation, le remarketing… ce sont des termes que nous avons entendus à outrance, mêlés au travers des mots réalité virtuelle ou augmentée, intelligence artificielle, internet des objets. Bref, une ruche d’idées qui permette de réaliser à quel point nous avons du travail à faire dans les prochaines années, ne serait-ce que pour garder le rythme.

Ce constat démoralisant aurait pu me mener vers le dessous de mon bureau, en position fœtale à sangloter, mais il m’a plutôt donné l’envie de pousser plus loin certains concepts, creuser, chercher, analyser… bref, mettre en pratique ce que j’ai appris durant ces trois journées intenses (le café était de mise).

Pourquoi j’ai une page Facebook maintenant

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas le plus productif sur Facebook. Je ne suis pas, dans ma sphère privée, le gars le plus public (drôle de phrase). D’où la volonté d’aller plus loin du côté professionnel. J’ai un blogue, tgou.ca, que j’anime depuis 2002, un profil Twitter depuis 2008, mais je n’ai pas osé faire le saut du côté de Facebook, par manque d’intérêt, ou peut-être, de compréhension de la plateforme.

Les conférences du WAQ m’ont fait allumer plein de lumières. C’est là que ça se passe – sur Facebook, je veux dire. Et pas juste là, il y a aussi Instagram, que je devrai un jour peut-être embrasser. Mais bon, plutôt que de m’éparpiller, je vais commencer simplement.

Donc, c’est fait, j’ai ma page Facebook, la page de Gou Blog (facebook.com/GouBlog). Souvent, j’avais envie de publier des trucs, mais le médium du blogue n’était pas approprié, trop lourd pour, finalement peu de contenu à diffuser, un commentaire, un avis… Et c’était le contraire avec Twitter, trop court, pas assez de liberté. Bref, il me manquait un intermédiaire, et Facebook va peut-être m’aider à combler le vide.

Ok, il faut aussi se l’avouer, je vais aussi essayer certains trucs présentés lors des conférences, ne serait-ce que suivre les statistiques de pages, la démographie, la segmentation de mon auditoire. Bref, ça va me permettre d’essayer.

Le meilleur moyen d’apprendre, c’est d’essayer.

En gros, ça veut dire quoi?

Le fait que je me sois créé la page de Gou Blog devrait faire en sorte que je vais publier un peu plus souvent sur Facebook, mais d’un point de vue professionnel. Je tiens à souligner qu’en tout temps ce sera mon avis personnel, et non celui de mon employeur. Je vais aussi garantir une certaine forme de modération, ne serait-ce que pour éviter des dérapages comme seuls les médias sociaux sont en mesure de les créer.

Je suis un petit peu impliqué dans la stratégie de communication numérique gouvernementale, ne vous attendez pas à ce que je vous donne des scoops, mais nous pourrons échanger sur cette plateforme pour essayer de faire avancer la cause du Web et du numérique dans l’administration publique. Je fais de la gestion d’équipes, alors il y a fort à parier que j’en parle. Je suis aussi un amateur de technos en général, principalement de mobilité avec Android, donc il est fort à parier que nous allons en discuter. Bref, c’est comme mon blogue, mais en format interactif, si on veut.

Je vous invite à me suivre et à échanger avec moi dans les prochains mois sur ma nouvelle page!

La meilleure stratégie Web gouvernementale du futur?

Cette semaine a lieu la traditionnelle grand messe du numérique à Québec, le Web à Québec (WAQ, pour les intimes). J’y suis encore comme participant cette année, mais je me devais de vous parler d’un volet qui me touche tout particulièrement, soit la thématique gouvernementale présentée durant la journée du 6 avril.

Je sors donc de mon mutisme (après un an, quand même), pour vous en glisser un mot.

Beaucoup d’action au cours des derniers mois concernant le numérique au gouvernement du Québec. C’est déjà assez difficile, pour nous, à l’interne, de s’y retrouver, je peux donc comprendre que certains joueurs externes qui s’y intéressent peuvent parfois avoir de la difficulté à tout démêler. Ainsi, Les actions dans le monde du numérique au gouvernement touchent pas mal d’aspects. Entre le Plan culturel numérique du Québec (MCC), la Feuille de route en économie numérique (MESI) et la Stratégie TI (SCT) (et probablement d’autres que j’oublie au passage), il y a un petit bout pour lequel j’ai un grain de participation, soit la communication numérique gouvernementale.

Effectivement, j’ai participé, au cours des derniers mois, à un groupe de travail sur les communications numériques du gouvernement, comment on pourrait optimiser, s’inspirer des meilleurs, améliorer les liens avec nos clientèles. Ah, je vous vois venir, vous allez me dire que c’est encore un de ces comités du gouvernement… Oui, c’est vrai, mais vous avez la chance d’apporter votre petite collaboration, vous aussi, si vous êtes au WAQ cette semaine.

Ce mercredi je vous invite fortement, chers collègues du Web, à assister à la table ronde animée par Patrick Parent, la dernière présentation du volet gouvernemental. Gouvernement du Québec: la meilleure stratégie Web gouvernementale du futur est une discussion entre spécialistes pour déterminer quelles sont les meilleures stratégies que devrait mettre en place le gouvernement pour devenir un chef de file d’ici 2020.  Vous pourrez ainsi peut-être en savoir un peu plus sur cette stratégie en cours d’élaboration et, pourquoi pas, vous aussi donner vos petite contribution, pour aider le gouvernement à se doter d’une stratégie de communication numérique digne des meilleurs?

Au plaisir de s’y rencontrer ce mercredi!

Pourquoi j’ai choisi un Galaxy Note 4

Récemment, j’ai changé mon bon vieux Galaxy Nexus, qui commençait à faire des siennes, pour un Galaxy Note 4. C’est un gros changement pour moi, non seulement en terme de taille (il est vraiment gros le Note 4), mais aussi de quitter l’univers des Nexus pour passer sur une ROM de fabricant. Je dois dire que je suis très satisfait jusqu’à maintenant. Vitesse, qualité d’écran, stylet (eh oui, pourquoi pas)… mais TouchWiz. Oh là… c’est pas facile comme ajustement.

Les deux appareils sont séparés de 3 générations, ce qui est évident tant par la taille que l'évolution dans la construction.

Les deux appareils sont séparés de 3 générations, ce qui est évident tant par la taille que l’évolution dans la construction.

Je voulais vous partager un peu mes réflexions qui m’ont mené vers ce choix dans le cadre de ce billet, et présenter un peu ce qui pourrait être des irritants pour quelqu’un qui est habitué aux ROM Nexus ou bien CyanogenMod, alors, allons-y!

Non, mais, tu voulais pas un Nexus 6?

Oui, je l’avoue. J’ai fait une installation de CyanogenMod sur mon Galaxy Nexus, le tout en attendant l’arrivée du Nexus 6. Je l’avoue, j’ai flanché. J’ai comparé, regardé, pris en main. J’ai tout fait… mais le Nexus 6 ne me plaisait pas… Du moins, pas autant que les autres Nexus. Ma conjointe a un Nexus 5, il est excellent, c’est vraiment, selon moi, le meilleur de tous les appareils Nexus, voire Android, confondus. Or, il commence à avoir de l’âge un peu (je voulais un truc récent – très récent, en fait. Un monstre, pour être précis) et son écran est [trop] petit… ouais, bon, j’ai des idées de grandeur, faut croire, donc je voulais un 6 po d’écran.

Alors, pourquoi avoir mis de côté le Nexus 6? Je dois avouer que, rendu là, c’est un choix plus personnel. J’ai beaucoup aimé cet article qui présente un bon argumentaire pour les deux produits. La batterie a été le point faible marquant du N6. Non seulement on a entendu des histoires de gonflements de celle-ci, mais elle n’est pas interchangeable. J’ai toujours eu un appareil qui permet de changer la batterie, j’avais justement fait un changement notable sur mon Galaxy Nexus en l’équipant d’une batterie de plus de 3600 mAh.

Parlant de batterie, au printemps 2014, j'ai remplacé la batterie originale de mon Galaxy Nexus pour une de 3600 mAh, une cure de jouvence qui m'a permis de garder l'appareil près d'un an de plus.

Parlant de batterie, au printemps 2014, j’ai remplacé la batterie originale de mon Galaxy Nexus pour une de 3600 mAh, une cure de jouvence qui m’a permis de garder l’appareil près d’un an de plus.

Un autre point important, je dois avouer que c’est Samsung qui a fait un petit plus, soit l’utilisation plus optimisée de l’écran. J’ai souvent lu que le Nexus 6 n’est en fait qu’un gros Nexus 5 – si on parle de l’affichage. Samsung a eu l’idée d’exploiter l’espace supplémentaire d’écran pour diverses fonctions. Je dois avouer que je n’ai pas encore poussé très loin de ce côté, mais ça a pesé dans la balance.

Dans le fond, j’avais un penchant vers le Note 4. Je l’avoue. Mon petit Galaxy Nexus, ben quoi, c’est un Samsung, il a très bien fait son boulot, toujours été là quand il fallait. J’ai bien eu envie de le lancer au bout de mes bras plusieurs fois, mais, avec du recul, peut-être que je lui en demandais beaucoup… Écouter de la musique en streaming (3G + application de radio en ligne), pendant que je cours et monitore le tout sur RunKeeper (GPS), avec mes écouteurs Bluetooth (bluetooth, hein)… c’était trop pour lui. Le pauvre petit processeur et la mémoire anémique n’en pouvaient simplement plus.

Je dois dire que j’avais une certaine réserve envers Motorola. Non pas que ce sont de mauvais téléphones. Un ami avait un Razr Droid, qu’il s’est empressé de remplacer par un Nexus 4 dès qu’il a pu, non sans quelques mots colorés. Je suis resté avec cette impression. Aussi bon que pouvait l’être le Nexus 6, il devait être encore meilleur que la concurrence pour me convaincre. Ce qu’il n’a pas réussi. Je dois tire que le Note 4 avait un atout dans sa manche (ou sa coque, au choix)…

Le fameux stylet

Oui. Je l’avoue, le stylet a été un élément de plus. Ok, ok… je vous vois venir, un stylet, ça fait tellement Palm Pilot des années 2000, hein. Mais là, on parle d’un stylet de qualité, quand même, pas ces trucs à bout ronds non réactifs comme on reçoit dans les conférences avec le nom d’une compagnie écrit dessus. On parle d’un style du type que l’on a avec les tablettes Wacom.

Le stylet a une apparence particulière mais il permet d'obtenir des résultats intéressants. Ici, on voit l'interface de l'application Painter.

Le stylet a une apparence particulière mais il permet d’obtenir des résultats intéressants. Ici, on voit l’interface de l’application Painter.

Donc, ce stylet. Je dois avouer que j’en suis encore à l’apprivoiser. Je le trouve un peu… cheap. il est carré, ce qui fait une prise en main bizarre, il est court (on a l’impression de travailler avec un crayon qui a été trop aiguisé) et le bouton latéral est encore une intrigue pour moi (comment fait-on pour tenir le stylet et appuyer sur le petit bouton sans devoir changer complètement de position???). Bref, c’est un joli gadget.

Malgré tout, il m’amuse. J’ai installé une petite application, pour ceux qui connaissent Corel Painter, il en existe une version pour Android. Je retrouve l’intérêt de faire du dessin. Bon, je ne suis pas encore super habitué avec les commande de l’application et à l’utilisation du stylet sur le téléphone (c’est comme dessiner dans un petit calepin, alors que j’aime les grandes surfaces d’habitude), mais disons que ça a son charme.

Une autre chose que j’aime du stylet, c’est la prise de notes rapides. J’ai essayé lors du WAQ de prendre des notes, et des photos, des notes sur les photos et tout. Ma foi, c’est très pratique. Ça va vite, ça répond bien et on ne taponne pas toujours sur le clavier du téléphone. Bref, le stylet a son utilité.

Mais pas toujours rose

Non, tout n’est pas rose. J’ai encore de la difficulté avec l’application d’horloge. Anodin, mais j’appréciais pouvoir taper sur l’heure pour avoir accès aux fonctions de chronomètre, alarmes et autres, directement de l’écran principal. J’ai plein de petits désagréments liés à TouchWiz, aux menus bonbon ou aux applications qui sont totalement inutiles que je ne peux retirer.

J’aime l’aspect épuré du Nexus pur, la netteté d’un Android simple. Avec Samsung et sa surcouche logicielle, on a l’impression d’être dans une pizza colorée pleine de petits trucs bizarres qui nous dérangent. J’ai testé CyanogenMod sur mon Galaxy Nexus, et j’ai aimé le petit plus que ça apportait à la version parfois un peu trop pure d’Android stock.

Mais là où j’ai le plus de problèmes, c’est Lollipop. Pourquoi? parce que je ne l’ai pas encore!! Le Galaxy Note 4 semble être le dernier appareil de la gamme des Galaxy chez Samsung à recevoir la dernière mouture d’Android. En soi, ce n’est pas si stressant, dans la mesure où déjà Android 5.1 est sorti et donc vient corriger les petits irritants de la première mouture, on se dit que le Note 4 pourra alors «bénéficier» de ce retard.

À en voir les nouvelles, ce n’est pas vraiment le cas.

Il y a même des rumeurs qui disent que le Note 4 sera bloqué à la version 5.0 d’Android. Ça, c’est décevant. J’ai fait le choix de prendre un appareil haut de gamme (à fort prix) et j’ai délibérément pris le 4 au lieu du 3 pour pouvoir profiter le plus longtemps possible des mises à niveau. Je serais fort déçu si Samsung décidait de faire autrement.

Déçu, vraiment?

Serai-je vraiment déçu? Pas vraiment, non. Dans un an, lorsque ma garantie sera finie (parce que je suis «chicken», bon), je vais passer une Rom custom sur mon Note 4. CyanogenMod ou une autre, on verra selon ce qui sera disponible à ce moment. J’ai fait la même chose pour mon Nexus One à l’époque, CyanogenMod m’avait permis de passer de 2.2.3 à 2.3.6 et pour mon Galaxy Nexus de 4.2.2 à 4.4.4 (malgré le non-support de Google de KitKat pour cet appareil).

Bref, il reste de l’espoir. Malgré tout, je souhaite que ce soit des versions officielles… et que TouchWiz bénéficie d’une évolution!

Et les autres?

Ouais, bon… Il y avait d’autres candidats dans la liste. Je ne peux pas les passer sous silence.

Le premier est le  LG G3, un appareil très semblable au Nexus 6 dans les faits, ou même au Note 4. Dans les faits, il était si semblable, que je l’ai discarté assez vite. Il n’avait rien qui le démarquait vraiment.

Le dernier concurrent était le One plus One (plus compliqué à obtenir, celui-là). Bien que, côté spécifications, ce ne soit pas le modèle le plus rutilant, mettons, je dois dire que son attrait était tout autre. Son prix, dans un premier temps, mais surtout le fait que c’est un appareil qui est monté de base avec CyanogenMod. Ok, la prochaine version sera avec Oxygen OS, une autre ROM qui part de Android. Que ce soit l’une ou l’autre, c’était suffisant pour regarder de ce côté.

J’ai eu la chance, au Web à Québec, de pouvoir avoir en main un exemplaire du One plus One. Très bel appareil. Je pense que ça aurait été mon numéro 2 finalement… tant qu’à quitter les Nexus!

C’était mon cheminement, mes questions et interrogations qui m’ont guidé dans le choix de mon appareil. J’espère que ça pourra en aider plusieurs, mais dites vous bien une chose, peu importe celui que vous choisirez, vous en verrez d’autres qui vous feront baver par la suite.

Que voulez-vous, c’est ça être Geek… et de l’assumer!

Changer de cadre…

168_4374x2916_all-free-download.com_

Aujourd’hui marque un grand changement dans ma vie professionnelle. Je viens de quitter le CSPQ après trois années à travailler pour le Centre de compétences Web comme stratège Web. Je quitte non pas suite à un manque d’intérêt ou une soudaine envie de changement, mais plutôt pour amorcer un virage dans ma carrière. Effectivement, je deviens cadre.

Quoi? Toi, cadre?

Ben oui. L’occasion s’est présentée et je l’ai saisie au vol.

Il y a quelques années, j’ai passé un concours de cadres. Vous savez, ce genre de concours où le gouvernement loue le centre des congrès pour un samedi entier et des milliers de personnes se rendent dans des salles pour noircir des cercles sur une grille. C’est ça. Un concours de sélection du gouvernement. Bref, je l’ai passé, mon nom était sur une liste depuis ce temps, mais c’était alors resté lettre morte. Jusqu’à récemment.

Je dois avouer que je n’avais alors pas cherché. J’ai pris ma sabbatique en 2011, je suis entré au CSPQ par la suite, sans vraiment porter attention à tout ça. Puis, cet été, quelques postes de cadres intéressants ont été affichés. Pourquoi pas? me suis-je dit. Je me sentais prêt. Disons que j’avais fait le tour du jardin. Non pas que je m’emmerdais, mais mes pantoufles devenaient trop confortables. Mon boulot devenait facile.

J’avais besoin de voir autre chose, de changer un peu le rythme. Le chemin pour s’y rendre, outre l’examen et avoir son nom sur une «liste de déclaration d’aptitudes», n’est pas de tout repos. On cherche des postes, on postule en remplissant un formulaire standardisé et après, on attend. Ça peut prendre du temps. De recevoir une invitation en entrevue est déjà une nette avancée. Après, il n’en tient qu’à moi!

Voilà, je commence aujourd’hui comme chef de service aux moyens de communications et relation clientèle du Ministère de la Santé et des services sociaux. Je continue dans le monde des communications et du Web, mais à un autre niveau cette fois, moins les mains dans le cambouis, mettons, mais avec un rôle plus administratif et de coordination. Bref, de la gestion.

C’est un gros changement. Je dois me mettre dans le bain, apprendre le ministère, l’équipe, le fonctionnement, le rôle de chacun. Bref, une nouvelle job. Il y a des défis intéressants et le contexte actuel impose de réfléchir à deux fois avant d’agir.

J’ai l’intention de continuer à bloguer et d’être actif dans la communauté Web de Québec. Bref, vous allez continuer à me voir de temps en temps.

Et pour ceux qui m’ont posé la question, non, je ne veux pas de cravates pour Noël!

Du renouveau pour mon blogue

Je profite d’une période de changement entre deux emplois (détails à venir prochainement) pour faire un peu de ménage dans mon blogue et je quitte la plateforme Blogger pour enfin aller sur un site auto-hébergé, en WordPress. Ça ne change pas grand chose pour les lecteurs, outre un bri des liens vers les anciens billets et un changement obligatoire du fil RSS.

J’étais limité par la plateforme Blogger et j’envisageais depuis longtemps de faire le déplacement. Manque de temps, de volonté ou simplement enfin la possibilité de le faire, voici que je viens de terminer le transfert. Que de maux de têtes. L’air de rien, jouer sur les DNS et les noms de domaines, les configurations de WordPress et tout le reste, ce n’est pas ma tasse de thé.

Malgré tout, je suis assez satisfait du résultat. C’est fait et je vous invite à me laisser des commentaires, si vous en avez!

En attendant le Nexus 6, j’ai donné un nouveau souffle à mon Galaxy Nexus!

cyanogenmod

Il y a peu, j’ai fait une mise à jour de mon Netbook Asus EeePC en lui installant ChromeOS. Ça a donné certains résultats, mais l’instabilité (et mon manque de patience, il faut dire) ont eu raison de mon Netbook… Je me suis acheté un petit PC pas trop cher et bien plus puissant pour régler mes problèmes. Mais voilà que c’est maintenant mon téléphone, un bon vieux Galaxy Nexus, qui fait des siennes. Il est lent, bouffe de la batterie sans bon sens (j’ai pourtant acheté une 3600 mAh) et est pris avec Android 4.2.2 parce que Videotron n’a pas poussé la mise à jour 4.3 disponible pour l’appareil.

Bref, je devais absolument faire quelque chose. J’attends de pied ferme le Nexus 6, mais ne l’achèterai pas à sa sortie, je veux patienter le temps que les prix baissent un peu et que les premières impressions de l’appareil soient disponibles… bref, j’en ai pour au moins six mois avec mon Galaxy Nexus (GN).

Puisque mon téléphone a plus de 18 mois d’âge (pas mal plus), Google n’a pas rendu disponible la version 4.4 d’Android pour l’appareil. Damn! Je regardais pour installer une version 4.3 stock, développée pour le GN, mais tant qu’à tout réinstaller, pourquoi pas regarder du côté de CyanogenMod? Après tout, la version 11 me permettrait d’avoir 4.4.4? Voilà, mon choix est fait!

CyanogenMod? Kossé ça?

Pour la petite histoire, il y a Android et Android. Ok, c’est pas clair.

Android Open Source Project(AOSP), c’est ce qui est derrière Android, toutes versions, et qui est le backbone de Android, le système d’exploitation de tous nos appareils. Par dessus cette couche AOSP, on rajoute les services Google, qui ne sont pas inclus dans AOSP par défaut. Finalement, on peut ajouter la couche du fabricant, soit HTC ou Samsung, pour ne nommer que ceux-là, qui s’ajoute aux précédentes.

Si vous voulez en apprendre plus sur AOSP et les services Google, je vous invite à lire ce très intéressant article sur le sujet.

C’est quoi le rapport avec CyanogenMod? En fait, CyanogenMod, c’est une version d’Android basée sur AOSP (sans les services Google ni les surcouches des fabricants) communautaire et OpenSource. À partir de là, on comprend mieux. C’est un peu comme une autre distribution d’Android… Comme les diverses moutures de Linux, si vous voulez.

Cette communauté se base donc sur AOSP pour «créer» des versions d’Android qui sont spécifiques à des appareils. Plus haut, je mentionnais que Google, de façon officielle, n’offre pas plus de Android 4.3 (Jelly Bean) pour le Galaxy Nexus. Les développeurs de CyanogenMod, eux, via la version 11, offrent une solution 4.4.4 pour mon «vieux» GN.

Ça ne s’arrête pas là. CyanogenMod intègre aussi des fonctionnalités qui, par défaut, ne sont pas toujours disponibles dans Android standard. On peut parler des notifications ou de la gestion du voyant, ou bien de fonctions de développements… Dans le cas de mon Nexus One (ma première conversion à CyanogenMod), c’était pour être en mesure d’utiliser mon téléphone malgré le bris du bouton de démarrage; CyanogenMod permettait d’utiliser le Trackball ou le bouton du volume pour «réveiller» le téléphone.

Donc, pour mon GN, cette fois, ce qui m’a poussé vers CyanogenMod, c’est la possibilité de profiter de KitKat (Android 4.4.4) sur un appareil qui n’était pas destiné à le recevoir, selon Google. Un pied ne nez, si vous voulez (et un gain en fonctionnalités aussi).

Ouais, on fait ça comment, maintenant?

C’est ici que ça se corse. J’ai eu toutes sortes de difficultés à installer CyanogenMod… ou installer quoi que ce soit, en fait, merci à Samsung et à Microsoft.

Dans le cas de mon Nexus One, installer CyanogenMod n’était l’histoire que de quelques minutes. Il en fut tout autre pour le GN. La procédure est tout de même standard. Pour les détails, je vous invite à aller voir le Wiki de CyanogenMod, mais voici un aperçu*:

  1. On installe le SDK Android sur son ordinateur;
  2. On s’assure d’avoir activé le mode Debug sur l’appareil (et, au besoin, préalablement avoir débloqué le mode développeur, hein!);
  3. On y branche notre appareil en USB;
  4. On débloque le téléphone (on va voir apparaître le petit cadenas débarré au démarrage par la suite);
  5. On installe les pilotes nécessaires (c’est ici que ça se corse pour le GN et Windows 8);
  6. Via le SDK, (en fastboot sur le bootloader) on installe le recovery de son choix (clockworkmod fait bien le boulot);
  7. Ensuite, (en recovery) on pousse via les méthodes proposées (et selon celle qui fonctionne le mieux), le fichier zippé de votre version de CyanogenMod;
  8. Je vous conseille d’installer les services Google immédiatement, tant qu’à être dans cette interface;
  9. On redémarre, et hop, c’est fini.

*À noter, tout est effacé sur l’appareil et la garantie est, de fait, complètement annulée dès que l’on débloque le téléphone et qu’on change le recovery, alors imaginez en y poussant une ROM custom… Bref, à vos risques et périls, pauvres fous!

Comme je vous l’ai indiqué, pour moi, ça n’est pas passé comme une lettre à la poste. Outre l’apprentissage des commandes Fastboot et ADB, (ce qui se fait relativement bien), le pire a été de faire que mon ordinateur et mon téléphone se parlent. C’est ici que Samsung et Microsoft sont devenus mes ennemis. Argh.

Qu’est-ce que Windows et Microsoft ont à voir avec un téléphone Android??

Les pilotes, ou drivers. Tout est dit. Mon téléphone n’était pas reconnu par mon ordinateur Windows 8.1. J’ai eu le même problème avec un Windows 7, en passant… et c’est relié… à Samsung!

Si vous possédez un Nexus, vous n’avez pas à vous arracher les cheveux de la tête, car Google offre, dans le SDK, les pilotes USB pour TOUS les Nexus… sauf le Galaxy Nexus, vous l’aurez deviné. On nous dit d’aller le chercher chez Samsung. Mais ce n’est pas si simple.

En mode ADB (Android Debug Bridge), bref, quand le téléphone fonctionne normalement et est branché en USB, tout est reconnu et je peux donner plein de petites commandes ADB au téléphone via l’invite de commandes. La joie, quoi! Mais dès que je redémarre en mode Bootloader (un peu comme le Bios sur un ordinateur), on doit passer aux commandes Fastboot. Rien à faire, la commande Fasboot devices ne donne rien: aucun appareil n’est reconnu.

C’est parce que le pilote Fastboot n’est pas installé. Mon appareil n’est pas reconnu. Généralement, Windows indique «Unknown Device» ou «Android 1.0» avec le foutu petit triangle jaune au point d’exclamation, indiquant un problème.

J’ai essayé une quantité assez phénoménales de méthodes, en allant même jusqu’à donner des droits spéciaux à Fasboot.exe pour réussir à pousser des commandes au téléphone… sans succès. Le pilote était simplement non installé, et j’étais incapable de le pousser. Jusqu’à ce que je trouve ce billet qui explique comment activer le Fastboot sur Windows 8. Je vous invite à consulter si, comme moi, vous n’êtes pas capable d’installer les bons drivers pour Windows 8.

J’ai finalement réussi.

Ensuite, un jeu d’enfant. On télécharge les deux bons fichiers (la version de CyanogenMod et les applications Google), on les dépose dans le bon répertoire (à la même place que Fastboot.exe et ADB.exe). On utilise la méthode push and install ou sideload (perso, la première n’a pas fonctionné, mais le sideload a été rapide et efficace) et zou! c’est fini.

On démarre la bête et on configure CyanogenMod. C’est un tout autre univers qui s’offre à nous (surtout quand on était pris avec un Android 4.2.2!!).

Compliqué, ton affaire…

Ouais, bon… ok, c’est peut-être un peu compliqué pour le néophyte. Je l’avoue.

Mais je suis un vieux de la vieille, faut croire. J’avais installé, il y a un peu plus d’un an, CyanogenMod sur mon Nexus One, alors j’ai appliqué la même méthode… sans réaliser qu’il y en a une nouvelle. Ben oui!

Il y a maintenant une version «Installer» de CyanogenMod. Je ne sais pas ce que ça vaut, ni c’est efficace… Si vous l’essayez, vous m’en donnerez des nouvelles. Ça semble relativement simple.

Et ça vaut vraiment la peine?

Oh oui! Passer de 4.2.2 à 4.4.4 est un pas assez intéressant dans le monde Android, surtout pour un Galaxy Nexus. Je profite de bonnes améliorations de l’interface et des performances de l’appareil, en plus de nouvelles fonctionnalités (comme la gestion des profils) qui me sont fort utiles.

Mon appareil a gagné en autonomie, et ce, grandement. J’ai pu activer des fonctions d’économie d’énergie qui n’étaient pas disponibles avant. Je ne puis dire si ce sont des améliorations propres à CyanogenMod ou à Android 4.4.4.

Contrairement au passage de Windows 7 à Chromoe OS, la conversion de Jelly Bean à Kit Kat semble être un succès. Je viens de me donner au moins six mois avant d’avoir à changer de téléphone!

J’aurai le temps de voir baisser les prix du Nexus 6 sans trop ronger mon frein!

Si vous n’êtes pas sur le Web, tant pis pour vous!

comptoir

Cas vécu ce soir. Je viens de terminer des rénos, je travaillais sur un dessus de comptoir pour l’îlot de la cuisine. Bien que ce n’était pas prévu, nous avons décidé de mettre un rabat pliant à un bout pour nous permettre d’allonger la surface.

Jusqu’ici, pas besoin du Web, seulement des efforts physiques pour raboter/sabler/couper/coller/clouer… bref, des rénos. M’enfin, je vous montre le produit fini (enfin, presque, il reste deux couches d’huile à mettre… et un petit extra).

Comme vous pouvez ne pas le constater puisque le rabat est fermé, je n’ai pas de système pour tenir celui-ci. J’ai donc regardé sur Internet pour trouver les pièces nécessaires. Premier arrêt, Lee Valley, un de mes commerces habituels pour ce genre de trucs. Pas de chance, il n’y en a pas. Bon, on continue les recherches.

Pour ceux qui, comme moi, ignore le nom de ce que je recherche, ça s’appelle un «Drop Leaf Mechanism». Aucune idée du nom en français.

Je fais donc une recherche sur Google. J’en trouve chez Amazon (.com). Joie, la paire, moins de 6$. Comme je le fais souvent, pour des raisons de frais de douanes et pour simplifier le tout, je fais une recherche sur Amazon.ca. J’en trouve deux modèles, un à 20$, l’autre à 22$. Ouf. On repassera (et ils ne sont pas même pas beaux!). Bref, je veux passer ma commande mais, pas de chances.

Ça va pas bien, mon affaire. Ok, je sais qu’il y a un magasin à Québec où je pourrais trouver ce genre de truc. Je vais taire son nom, c’est trop honteux.

Je vais donc sur leur site, il y a un catalogue. Je commence à naviguer (après l’affreuse animation d’accueil). Ok, c’est dans quelle catégorie… je ne sais pas… on clique sur une catégorie, on voit une liste… à puces. Non cliquable. Pas de catalogue. Ok, je vais faire une… recherche? Quoi? pas de moteur de recherche????

Un commerce qui a un site qui annonce plein de produits, de façon textuelle, sans détails, non cliquables, sans prix? en 2014??

Voilà. C’est fait.

Je suis allé sur le site du commerce qui annonçait sur Amazon.com, j’ai commandé les pièces pour 5,25$, plus livraison, je m’en tire pour moins de 20$. Combien de personnes pensez-vous vont faire la même chose? Être un commerce qui ne vend pas sur le Web, en 2014, c’est un aveu de faiblesse face à la technologie.

Chute drastique du taux de rebond?

rebond

Je regardais les statistiques de visites sur mon blogue aujourd’hui, et j’ai remarqué une très grosse baisse du taux de rebond des visites. Je dois avouer que j’étais un peu médusé par cette statistique…

Que s’est-il passé? en fait, ça correspond à la date où j’ai changé mon code Google Analytics pour le mettre à niveau avec Universal Analytics. Un collègue m’a indiqué que c’est probablement dû à la présence de deux codes de Google Analytics dans mes pages…

Hummm… Aucun code dans le HTML du gabarit, en regardant la source non plus…Mais d’où vient ce second code?

Ah! Voilà. C’est Google Tag Manager, mon nouvel ami… J’ai effectivement configuré Google Tag Manager pour qu’il fasse le lien avec Universal Analytics directement dans mon blogue. Je me retrouvais donc avec deux codes GA sans le vouloir.

Je viens de retirer l’ancien code de Google Analytics, on verra ce que ça va donner.

C’est quoi, ça, Google Tag Manager??

Oh… j’ai oublié de vous le présenter… Oui, bon, Google Tag manager, c’est un outil offert par Google pour faire du «tagging», du suivi d’événements, sans avoir à jouer dans le code de notre CMS ou de notre site.

Au premier abord, c’est un peu complexe. J’ai cherché comment l’utiliser et je n’ai pas encore tout à fait compris. Malgré tout, comme j’ai pu le constater, ça ajoute le code Universal Analytics quand on lui demande de le faire 😉

Il existe une multitude de fonctions, de paramètres et d’actions que l’on peut mesurer. Je vous invite fortement à y jeter un oeil. Je vais moi aussi tenter de l’exploiter un peu plus et vous reviendrai avec mon expérience (si je réussis à sortir des trucs intéressants).

Mais c’est comme toute nouvelle chose, quand on l’apprivoise, des fois, ben, on se plante!

Des outils pour créer votre première application Android

Édition: Mise à jour du 10 septembre 2014, de nouveaux outils ont été ajoutés suite à l’essai d’une nouvelle approche de développement

Nous commençons, dans mon équipe, à regarder la possibilité de développer des applications Android et iOS. C’est tout à fait logique, puisque nous avons déjà ciblé des besoins de certains clients. Ainsi, le premier travail que nous désirons faire est de créer une application qui encapsule un site Internet avec quelques fonctionnalités natives de l’appareil. Rien de bien compliqué en soi.

Ainsi, un collègue et moi travaillons à mettre en place des solutions de développements pour applications mobiles Android. Pas très stressant, vous pourriez dire. Après tout, on installe Android Studio et ce qui vient avec, on configure et hop! c’est parti! Eh bien, non, ce n’est pas toujours si simple…

nous travaillons dans une grosse organisation gouvernementale et nous n’avons pas toutes les latitudes que le possesseur d’un poste de travail personnel peut avoir. Ainsi, nous devons nous assurer que les outils que nous allons utiliser seront adaptés à nos environnements.

Un autre défi auquel nous faisons face est le manque criant à l’interne de développeurs pour iOS (objective C) ou Android (Java). Nous devons donc apprendre le fonctionnement des divers environnements et langages en même temps que les méthodes de développements d’applications. Je suis privilégié d’avoir eu, dans mon passé récent, une expérience assez bonne avec l’environnement de développement Java. Une chance, sinon je n’y comprendrais rien.

Note aux amateurs de la pomme: je ne parle ici que de développement d’applications Android, mais sachez que des situations semblables ont été rencontrés du côté de iOS et que mes collègues travaillent aussi à mettre en place des solutions de développement pour que nous puissions faire des apps pour vos appareils. Non, vous ne serez pas en reste, ok?

Autre petite note: Si je partage ici les informations recueillies, c’est parce que je crois que ça peut servir à des collègues qui, eux aussi, en sont à leurs premières armes en ce qui a trait au développement d’applications Android. J’espère ainsi pouvoir aider d’autres personnes en le faisant. En aucun cas mon opinion se veut pour ou contre quoi que ce soit, je tente de garder une certaine neutralité…

Le défi: faire une application qui affiche Hello World!

Mon collègue et moi avons donc regardé diverses avenues, et pour arriver à faire son Hello World, il a rapidement renoncé à utiliser les appareils du bureau et s’est rabattu sur une solution impliquant son ordinateur personnel. J’ai décidé de reprendre là où il avait dû s’arrêter pour réussir à faire, moi aussi, un Hello World, mais cette fois en utilisant les capacités et limitations du contexte de travail.

Il faut d’abord comprendre que je n’ai pas de droits d’administration sur mon appareil, comme n’importe quel employé d’une grosse organisation. On me fournit une machine viruelle (Windows XP) pour le développement, sur laquelle j’ai les droits… et des accès Internet un peu plus poussés. Une chance!

Je vais donc exposer ici mon parcours du combattant et présenter les diverses solutions qui sont offertes actuellement sur le marché pour développer des applications Android. Attachez votre tuque avec de la broche, c’est pas toujours facile!

Les contraintes

Tel que mentionné plus haut, je travaille dans un environnement sécurisé avec beaucoup de contraintes techniques: postes barrés, Internet contrôlé, accès limités… Bref, le cas typique du travailleur du gouvernement ou de la grosse entreprise. Ces contraintes sont majeurs pour les équipes de développement car plus souvent qu’autrement, notre travail nécessite d’avoir un contrôle total sur la machine et un accès complet à Internet.

C’est pourquoi on nous fournit des machines virtuelles normalisées. Celles-ci ont un accès quasi complet à Internet et j’ai les droits d’administration. Ceci dit, ce n’est pas rose non plus. Ce sont des machines virtuelles, pas des machines physiques. On retrouve donc plusieurs limitations, outre celles des performances (on pourrait probablement allouer plus de puissance, mais dans le cas présent j’ai une machine standard) et on a de la difficulté à configurer certains trucs, comme le USB (j’en parle plus tard).

Bref, c’est le topo. Maintenant, comment arriver à développer des applications Android dans ce contexte? Voici trois options qui ont été regardées…

Les solutions testées

Mon collègue avait déjà essayé Android Studio sur sa machine virtuelle du bureau et ça avait été un échec. J’ai donc commencé à regarder d’autres alternatives qui pourraient nous servir et c’est pourquoi je commence avec deux solutions différentes…

Codenvy

Codenvy.com est un site Internet qui comporte un IDE en ligne (SaaS) pour le développement sur diverses plateformes ou technologies. Il existe un module spécifique pour Android.

J’ai fait le premier test tout simple, la version publique disponible sur leur site. En 30 secondes (j’ai un témoin), j’ai réussi à faire un Hello World! J’ai pu télécharger le fichier APK, l’installer sur mon téléphone. Un succès sur toute la ligne!

La preuve que j’ai réussi! J’ai seulement changé le texte de l’application de base, l’ai téléchargée et installée sur mon téléphone. Voilà!

Ça a commencé à se gâter quand j’ai créé mon compte sur le site (l’utilisation de Codenvy est gratuite) et que j’ai fait mes premiers projets. J’ai essayé de configurer un «repository» autre que celui de base (je me suis créé un GitHub), j’ai voulu m’assurer que mon code ne serait pas «buildé» dans l’environnement public de Codenvy… sans grand succès. Mais ce n’est pas tout. Quand vient le temps de tester l’application, il faut faire affaire avec un outil externe d’émulateur Android, Manymo.

Le produit semble excellent et fort pratique, mais il n’est pas gratuit, il faut payer…

Finalement, en consultant le tutoriel Google pour la création d’applications Android, j’ai vite déchanté. On retouve des fonctions dans Android Studio qui ne sont pas offertes dans le IDE de Codenvy. Bien que tout soit possible de façon manuelle (comme le «add activity»), c’est beaucoup plus complexe et, vu notre niveau de connaissances dans le domaine, un peu d’aide de l’interface n’est pas de refus….

Bref, bien qu’une solution fort pratique, efficace et adaptée pour certaines organisation, dans notre contexte, elle perd de son charme. On se rend bien compte que Codenvy ne permettra pas de répondre à nos besoins internes. Peut-être que la solution plus étoffée, ultérieurement, pourra être à envisager, mais malheureusement pas à court terme.

J’ai donc dû continuer à investiguer pour d’autres solutions…

PhoneGap

Avant d’aller plus loin, je tiens à rappeler que notre principal objectif, pour nos premières applications, est de créer une coquille qui encapsule un site Internet mobile et qui permet d’utiliser certaines fonctions natives de l’appareil. J’ai donc fait des recherches en ce sens. Ce qui m’a mené vers Phonegap.

Le fonctionnement de Phonegap est complètement différent de Android Studio ou autres. C’est en fait un serveur Web qui roule dans un application et qui permet de faire fonctionner un site HTML-CSS-JS local. Bref, exactement ce que je voulais (ou à peu près). J’ai donc commencé à regarder de ce côté.

La beauté de cette solution, c’est que les applications sont développées en HTML-CSS-JS, des technologies maitrisées par notre équipe, et on ne fait que les encapsuler dans PhoneGap. Encore mieux, l’outil est hybride et permet la création d’applications iOS ou Android! Bref, une belle idée. Elle existe en plusieurs «déclinaisons», dont une version, disons, lignes de commandes, et une autre qui a été mise en place par Adobe. J’ai essayé les deux.

PhoneGap installé sur ma machine virtuelle

Tout d’abord, je dois dire que c’est assez… aride, comme outil. Le retour de la bonne vieille ligne de commande! Il faut commencer par installer Node.js, puis on lui passe des commandes pour installer PhoneGap. Ça se passe généralement bien, en autant que nous ayons les droits d’administration sur le poste. J’ai donc tout fait sur ma machine virtuelle.

L’installation se fait relativement simplement, c’est à l’utilisation que ça se complique…

Une fois la commande intstall complétée et create faite, ça commence à se gâter. Je n’ai jamais réussi à faire le run android, la fonction qui me permettrait de créer l’application Android. Pourquoi? j’obtiens une erreur avec Ant, un outil qui permet de «builder» des applications.

Oh, je vous vois venir, petits coquins… vous allez me dire: «Ben voyons! c’est parce que tu n’as pas configuré tes variables système, pauvre cloche!». Ce à quoi je répond: «Non, mais, vous me prenez pour qui, hein?». Bien entendu que j’ai configuré les variables d’environnement, tsé. Hein. (Me semble, ouais! pfff! Sans blagues… continuez comme ça et je m’en vais!)

Euh.. bon… ok. J’en étais aux variables d’environnement, hein… Donc, Ant ne fonctionne pas. J’ai configuré les variables d’environnement comme il se doit, mais je suis incapable de faire fonctionner le tout sur la machine distante. Pour fin de comparaison, j’ai fait le même exercice sur ma machine physique et, cette fois, la commande s’exécute sans problème et me donne une erreur, qui était attendue (puisque c’était seulement un test, Ant répond en me signalant une erreur – sur la machine virtuelle, Ant n’est même pas reconnu).

Dans la portion du haut, on voit que la commande ant n’est pas reconnue par le système, or, sur ma machine physique, qui possède les mêmes configurations de variables d’environnements, la commande s’exécute et donne l’erreur attendue.

J’ai cessé les recherche à ce moment, un peu découragé. Je me suis tourné vers la version Adobe.

PhoneGap Build version Adobe

Adobe offre une solution de création d’applications encapsulées par Phonegap build. Je me suis donc branché, j’ai créé un fichier HTML tout simple avec un «Hello world» en H1, «uploadé» et, zou! j’avais une application Android (j’aurais pu la faire iOS ou BlackBerry ou même Windows si je voulais… Il ne me manquait que les clés nécessaires).

J’ai eu plus de succès avec la version Adobe, puisque j’ai réussi à créer une «application» en quelques secondes. Un fichier HTML avec un H1 qui dit «Hello World», encapsulé dans l’application.

Ouah! ça c’est efficace! Une minute à peu près et j’avais fait mon Hello World! Mais il devait y avoir un petit quelque chose de travers, non? Eh bien oui. L’application, à l’installation, me demande TOUTES les permissions. Il faut accepter qu’elle puisse accéder au micro, appareil photo, GPS… Bref, un peu exagéré…

Quelle ne fut pas ma surprise de voir le nombre d’autorisations requises, pour un simple fichier HTML encapsulé! Et ça va plus bas en plus!!

Ok, probablement que ça se change, via une configuration ou autre, j’ai pas poussé plus loin. Une autre raison c’est que ça ne satisfaisait pas le besoin initial, soit d’encapsuler un site Internet qui, lui, ne serait pas local. Il ne m’était pas possible de prendre le site et l’envoyer dans le truc Adobe. Bref, encore un dead end.

Ça peut tout de même servir pour certains trucs, ça reste à voir!

Android Studio sur une machine virtuelle

Bon, eh bien, me voici revenu à la case départ. Je devais reprendre là où mon collègue avait jeté la serviette et essayer de faire fonctionner Android Studio sur ma machine virtuelle.

Ironiquement, c’est relativement simple à faire. On installe Android Studio, on le démarre, pour se rendre compte qu’il manque le JDK, qu’on va aussi installer… On redémarre Android Studio, pour apprendre à nouveau qu’il faut installer le Visual C++ 2010 service pack 1 parce qu’une DLL est absente. Joie. Bon, on peut commencer maintenant?

Oui, c’est possible. Enfin. Donc on configure le SDK, on ajoute des émulateurs via le Android Virtual Device manager et, là, on est prêt à se lancer dans le vide en suivant le tutoriel.

Oui, ça fonctionne. Je suis capable de faire des trucs, rouler une application et jouer sur les configurations, mais c’est d’une lenteur exécrable. Les émulateurs sont instables, quand ils fonctionnent… Il faudrait allouer beaucoup plus de ressources à la machine virtuelle pour que ce soit fonctionnel, mais bon, ça peut marcher… jusqu’au moment où on veut gérer un appareil physique…

Basic4Android (basic for android)

Une nouvelle famille d’outils se sont joints à l’arsenal du développeur pour nous permettre de rapidement mettre en place des solutions mobiles, soit Basic4Android, un outil de développement sur Windows qui utilise le SDK Android et qui traduit les commandes Basic en éléments propriétaires pour la plateforme mobile.

Je dois dire que je ne suis pas un spécialiste, ni de Java, ni de Basic (ça va mal, hein?), mais il semblerait que ce soit une solution prometteuse. Surtout qu’il existe le pendant pour Java, B4J, qui fonctionne sur le même principe et qu’une solution pour iOS est dans les cartons. Bref, une idée qui a un certain charme, surtout lorsque le personnel de l’équipe connaît Basic et .Net, mais pas Java!

Des premières preuves de concept ont été faites et ça semble fort prometteur. Nous n’avons utilisé que la version gratuite (démo) pour l’instant, ce qui ne nous permet pas de pousser à fond l’utilisation de certaines librairies qui ne sont pas disponibles pour cette version (ex. Google Maps), mais on a déjà des éléments de Back-end et de Front-end qui fonctionnent.

Les écueuils

On a vu, tout au long de mes expérimentations, que j’ai vécu des désagréments à plusieurs niveaux. À certains moments, c’était purement technologique, d’autres fois, presqu’idéologique (comme les permissions). Aucune solution ne semble meilleure qu’une autre jusqu’à maintenant.

«Oh, mais la solution avec Android Studio sur la machine virtuelle, c’est correct, non?» vous entends-je dire. En fait, j’y viens à l’instant.

Brancher un appareil en USB

Une des particularités du SDK Android, c’est qu’il nous permet de gérer un appareil physique (téléphone ou tablette) par le biais du port USB de notre ordinateur. C’est via les commandes ADB qu’on peut le faire. C’est d’ailleurs grâce au SDK que j’ai déjà réussi, il y a quelque temps déjà, à installer CyanogenMod sur mon Nexus One. Pas facile au premier abord, mais franchement utile (surtout que le bouton on/off de mon appareil venait de rendre l’âme…).

L’autre utilité est de pouvoir tester une application en développement sur l’appareil physique plutôt que sur un émulateur. Ça peut donner des résultats surprenants (on l’a bien vu lors de tests d’utilisabilité).

Voilà donc que le problème se pose avec une machine virtuelle. Celle-ci n’est pas en mesure d’accéder au port USB de l’appareil qui appelle la machine distante (car elle est sur un serveur distant, hein, je ne vous l’avais pas dit celle-là!). Ça règle la question: pas de ADB sur USB.

Quand vient le temps d’installer le SDK sur mon poste physique, ça fonctionne après plusieurs étapes dont je vais vous faire grâce, mais impossible d’installer le pilote de la tablette ou du téléphone… je ne suis pas administrateur du poste.

Je tourne donc en rond. Encore.

C’est là que Basic4Android vient ouvrir une porte intéressante, soit l’opportunité d’utiliser une connexion Wifi pour communiquer avec un appareil physique, soit une solution ADB over Wifi. Ok, ça nécessite que les deux appareils soient sur le même réseau Wifi, on devrait être capable… reste qu’avec une machine virtuelle, il va falloir faire quelques tests encore.

Conservation du code source

Dans les solutions en ligne, telles que Codenvy et Adobe PhoneGap, un problème assez important est la propriété du code source, là où sont déposés les builds, ce qui se passe avec… bref, encore des problèmes à régler.

Nous avons un GIT interne pour nos développements, mais il n’est pas accessible de l’externe… et est-ce une bonne idée? Une passerelle? une autre solution? Ça reste à explorer… nonobstant les autres problèmes rencontrés.

Lenteur de la VM

Bien que la solution de la VM soit à peu près viable si on exclut l’accès au USB, il n’en demeure pas moins qu’elle présente un gros problème de lenteur. Au point où chaque clic de souris prend de une à trois secondes avant que l’action se passe. Ça empire dès lors où je commence à entrer des commandes ADB.

Un test avec une VM plus puissante donne des résultats semblables. Peut-être est-ce simplement lié au fait que ce ne sont pas des machines physiques. Nous avons d’ailleurs eu un problème avec les émulateurs, qui nécessitent des accélérateurs ou des accès au processeur, ce qui n’était pas possible sur la VM. Bref, des performances à valider.

En conclusion

Note: suite au test de Basic4Android, j’ai dû revoir ma conclusion 😉

Quelle est la meilleure solution? Actuellement, aucune. Il n’est pas possible de développer des applications Android présentement avec les ressources actuelles. Nous avons mis en place des solutions alternatives grâce aux équipes sur le plancher, mais elles sont embryonnaires et nécessitent plus de tests. je dois dire que nous regardons très fort du côté de Basic4Android et de B4J. Il devient donc possible d’envisager la création d’applications Android avec une équipe qui n’est pas spécialiste Java et avec des machines virtuelles.

Bien entendu, une telle solution a tout de même de grosses limites. Nous devrons tout de même nous assurer de développer des connaissances internes dans les divers langages utilisés, ne seraita-ce que pour régler des bugs et nous assurer d’une performance des applications développées.

Donc, à court terme, nous allons pousser plus loin de ce côté, nous verrons pour du plus long terme.

Je tiens à rappeler que c’était une preuve de concept. Je partage dans ce bloque les résultats car je crois que mon expérience vécue pourra fort probablement aider d’autres personnes dans des organisations, gouvernementales ou non, à avancer dans la mise en place d’environnements de développement pour Android.

Si vous avez d’autres pistes de solutions à me proposer, je suis preneur!

Refondre un site gouvernemental en tenant compte du UX

Nouveau-accueil

Le nouveau site du CSPQ arbore un tout nouveau visuel.

Aujourd’hui est lancé le tout nouveau site du Centre des services partagés du Québec(CSPQ), un organisme central dédié à rendre des services aux ministères, organismes et autres entités publiques du Québec. J’étais le stratège Web sur le dossier, et chargé de projet par interim pour un bon bout aussi. Bref, je suis pas mal impliqué dans le dossier. Bon, maintenant que les présentations sont faites, on va parler UX!

Je vous fais part ici de mon expérience personnelle comme stratège Web sur le dossier de refonte du site du CSPQ. C’est mon point de vue personnel et j’espère que les informations que vous retrouverez dans mon billet pourra vous aider dans votre propre organisation à faire avancer la cause du UX!

Pourquoi nous parler de ce site?

Bonne question. C’est un site gouvernemental, le genre de site, quand on le regarde, on se dit: «Booooooring!». Oui, j’en conviens, rien d’extravagant. Très corporatif, bleu (ben quoi?), identification obligatoire (le fameux PIV), deux colonnes navigation à gauche… euh… minute, là… Elle est où la navigation de gauche?

Voilà.

C’est un site corpo et tout, mais l’équipe de réalisation s’est permise d’aller un peu plus loin que d’habitude. Nous avons poussé la machine (et, croyez-moi, c’est pas toujours facile) pour oser des trucs qui, dans le monde du Web en général, sont assez bien acceptés. Alors, comment fait-on pour faire des choix et les appuyer? On utilise des processus de UX pour démontrer que ça fonctionne!

L’ancien site du CSPQ arborait une mise en page classique du Web pour un site corporatif d’il y a quelques années. Il avait été modifié au cours des ans pour répondre aux besoins, mais nécessitait une révision complète pour y intégrer de tout nouveaux contenus.

Mon présent billet va donc vous présenter les aspects du projet qui nous ont permis de réaliser le site que vous avez devant vous. J’en conviens, il n’est pas parfait (qui l’est?), il fera l’objet d’une amélioration continue, mais je dois dire que je suis assez content du résultat final… surtout qu’il a été réalisé avec un budget limité et un délai très court (4 mois – incluant les vacances des fêtes!).

Quelles sont donc les caractéristiques de ce projet? En voici une petite liste:

  • Approche de conception «Mobile first»;
  • Réalisation d’un tri de cartes
  • Réalisation de deux tests d’utilisabilité;
  • Évaluation heuristique;
  • Processus de développement SCRUM avec itérations de 3 semaines.

Bien qu’aucun de ces points ne soit une nouveauté ou révolutionnaire, le simple fait de les impliquer dans un tel projet, tous ensemble, est une révolution. Rares sont les fois où nous pouvons mettre à profit les méthodes agiles de développement, des approches UX et Mobile First ensemble. L’équipe du Centre de compétences Web (CCW) espère bien pouvoir faire profiter tous les prochains projets de cette expérience.

Le site utilise une navigation supérieure sous forme de menu expansible (est-ce la bonne traduction?). Bien que ce ne soit pas toujours l’idéal (j’en parle plus tard), nous avons fait ce choix pour la version mobile.

Mobile First

Dans le cadre du projet, nous avons eu la chance de travailler avec Stéphane L’Écuyer, un stratège Web UX qui avait une bonne expérience de design multiplateformes, mais surtout avec les approches de développement Mobile First, c’est à dire: développer pour le mobile, le reste suivra. Bon, c’est pas tout à fait ça, mais ça résume, ok?

Une particularité de notre clientèle, c’est l’environnement technologique qui est utilisé. Puisque nous nous adressons à des gens du secteur public, la majorité de nos utilisateurs sont sur des postes de travail fixes, avec Windows XP et Internet Explorer 8. Si. Malgré tout, nous devons nous ouvrir vers le futur, soit éventuellement Windows 8 et IE 11, mais aussi satisfaire notre clientèle qui peut utiliser tablettes et téléphones pour accéder au site. Tout un casse tête pour faire un site Mobile First qui passe bien en IE8…

Un casse tête? oui et non. La philosophie du Mobile First est de concevoir de façon optimale pour le mobile, on augmente ou ajuste pour les autres supports. Ça nous a obligé à simplifier le contenu, la navigation, la structure de l’affichage. Un impact assez important a été l’abandon complet du menu de navigation latéral dans les pages de contenu.

Cet abandon a été, selon moi, un effet positif majeur. Nous avons dû créer une arborescence de contenu la plus claire possible, pour permettre à un utilisateur de naviguer facilement dans le site. Nous avions tout de même des apréhensions… vite dissipées!

Des tests d’utilisabilité et un tri de cartes

Puisque nous avions des éléments qui nous causaient un petit, disons, inconfort, nous devions tester nos hypothèses, histoire de s’assurer de, comme dirait l’autre, ne pas être dans le champ. C’est pourquoi nous avons réalisé deux séances de tests d’utilisabilité avec 11 utilisateurs potentiels du site, externes à l’organisation.

La première séance a été réalisée dans un prototype Axure de moyenne fidélité (un prototype fil de fer avec quelques éléments visuels du site). Ce premier test nous a permis de valider la navigation.

De façon surprenante, aucun utilisateur n’avait remarqué l’absence de menu latéral de gauche. Le fil d’ariane et le menu de navigation ont été tous deux très bien utilisés. Bref, le concept tenait la route.

Une seconde volée de tests a cette fois été effectuée sur le site en acceptation (le site avec contenu réel partiel). Cette fois, nous voulions tester encore la navigation, mais aussi l’utilisation du site sur appareil mobile. J’en ai d’ailleurs parlé un peu ici… Encore une fois, les utilisateurs n’ont même pas remarqué l’absence du menu latéral. Bref, aucune crainte de ce côté.

Nous avons aussi voulu nous assurer de répondre le mieux possible à notre clientèle. Pour ce faire, nous devions utiliser des termes qui sont compris dans un classement logique. Nous avons donc procédé à un tri de cartes pour classer des services offerts au CSPQ. Les résultats ont été parfois surprenants. Nous nous sommes basés sur cette structure pour créer l’arborescence des services. Malgré tout, certains impondérables organisationnels n’ont pas permis de respecter toutes les recommandations du tri par les utilisateurs.

Une dernière évaluation, heuristique cette fois

Vient la dernière étape, le dernier droit pour la livraison… Cette fois, au lieu de procéder à des tests d’utilisabilité, nous décidons de faire faire une évaluation par un expert en UX, une évaluation heuristique du site, par Daniel Lafrenière, de la firme Sigmund. Pourquoi une évaluation heuristique? Plusieurs raisons. Manque de temps pour organiser des tests, charge de travail élevée et plein de trucs de dernière minute à régler.

Ça nous prenait une évaluation indépendante. Certains éléments du site restaient à valider et, faute de tests d’utilisabilité, nous aurions pu oublier des choses. Daniel a donc procédé à son évaluation, dans le cadre de ce que nous lui avons demandé (pas une évaluation exhaustive). Plusieurs recommandations ont été appliquées dès la réception de son rapport, d’autres devront malheureusement attendre. Malgré tout, cet exercice de regard extérieur sur un projet est fort instructif. Nous avons pu profiter d’une expertise et d’un point de vue nouveau rafraîchissant!

Des choix qui peuvent déranger…

Outre la disparition du menu latéral, qui, en soit, n’est rien de bien nouveau sur le Web, nous avons dû faire des choix qui, parfois, peuvent paraître dérangeants ou non conventionnels. Ces choix ont parfois été dictés par la technologie, les fonctionnalités déjà disponibles dans notre catalogue d’extensions TYPO3, les limites de temps ou de capacités de l’équipe… bref, plein de choses…

Le menu sur mobile

Le choix d’un menu qui prend la portion supérieure de l’écran n’est peut-être pas optimal, un développement ultérieur pourrait permettre une bonification du menu…

Nous aurions préféré pouvoir exploiter les volets latéraux dans la navigation mobile, ou nous reposer sur le fameux hamburger déjà présent dans le PIV mobile, pour afficher le menu de contenu du site, mais le manque de temps et nos contraintes budgétaires faisaient en sorte que nous devions optimiser la réalisation et utilisant des modules existants. Nous avons donc minimisé au maximum le développement en réutilisant des éléments déjà disponibles dans notre bibliothèque de composants…

Il n’est pas exclus qu’une version ultérieure pourrait disposer d’un menu mobile plus performant.

Le carrousel est imposant en page d’accueil, mais il sert une fonction de communication importante pour mettre en valeur des gens du CSPQ et les services offerts.

Il est gros, votre carrousel!

Oui. Et c’est voulu.

Nous avions des objectifs précis au niveau du positionnement du CSPQ. Des messages clairs à passer… Bref, outre les besoins utilisateurs, nous avions aussi des demandes et besoins organisationnels à prendre en considération. Ainsi, nous avons consciemment fait le choix d’avoir un carrousel imposant qui permette d’afficher un message clair.

Ok, ok… je vous vois venir avec vos critiques sur les carrousels. Il y a une multitude de billets sur le sujet. C’est mal, c’est méchant et ça pue. Ok, on le sait. Celui du site devrait bien remplir sa fonction, car il en a une – pas de UX, mais plutôt de communication.

De plus, outre le UX, il faut aussi prendre en considération le contexte opérationnel… Il existe fort probablement de meilleures solutions, mais elle ne sont pas nécessairement applicables dans le «day to day»…

Conrairement à ce que l’on voit de façon traditionnelle, l’ouverture du menu de navigation supérieur repousse le contenu vers le bas, tout comme le menu le fait sur la version mobile, un pattern de conception fréquent que nous avons transposé sur le site «régulier».

Le menu supérieur qui repousse le contenu

Avec ça, on a suscité des conversations!

Dans la version mobile du site, lorsque l’on ouvre un élément du menu supérieur, le contenu est repoussé vers le bas plutôt que de demeurer en dessous du menu. C’est un comportement habituel en mobile. Ce dernier a été reproduit pour la version desktop. Ce que certains peuvent ne pas aimer!

Je crois que c’est une fonctionnalité qui se verra de façon plus fréquente sur toutes les plateformes. Pour les plus anciens du Web, vous souvenez-vous de ces menus qui ouvraient et qui ne pouvaient passer devant des boîtes déroulantes dans IE? Si on avait pu repousser le contenu comme nous le faisons ici, le problème aurait été vite réglé! Mais ce n’est pas la raison de ce choix. Nous voulions une expérience cohérente en mobile et desktop. Le menu étant pleine grandeur, cachant une bonne partie du contenu de la page, le fait de le repousser n’avait pas d’incidence négative, au contraire, car au défilement, on peut avoir accès à ce contenu.

Sans vouloir dire que nous sommes avant-gardistes ou que nous voulons partir une mode, je crois que ce petit effet, quoi que négligeable, présente un certain intérêt. Daniel a mentionné son inconfort, nous le recevons, mais avons décidé de conserver cette petite fonction sans trop de malices. Est-ce une bonne idée? Personnellement, je pense que le pattern que l’on voit souvent sur mobile va se transférer éventuellement sur toutes les plateformes.

L’avenir me dira si je me suis trompé.

Le site est en ligne, vive le site!

Maintenant que c’est en ligne, on pourrait se frotter les mains et passer à autre chose, non? Eh bien, c’est tout le contraire. Le tout nouveau site doit maintenant faire l’objet d’évaluations au niveau statistique pour s’assurer que nos choix soient cohérents et aident les utilisateurs. De plus, des recommandations de l’évaluation heuristique nécessitent que nous prenions des mesures pour évaluer les changements à apporter.

J’espère que nous pourrons commencer à faire de l’optimisation du taux de conversion, ou CRO avec le site. Faire des tests A/B ou utiliser d’autres techniques de mesure pour en améliorer l’utilisabilité.

Les conditions sont là, la volonté aussi. Ne reste plus qu’à le faire.