Utilisabilité et simplicité


Difficile d’être plus explicite!

L’auteur nous remémore une des règles de John Maeda, soit de réduire. La réduction, à la fois de fonctionnalités, mais surtout, d’éliminer ce qui est inutile.

Dans l’image présentée sur le site en lien plus haut, on voit deux philosophies de simplicité superposées à une autre, diamétralement opposée, qui correspond malheureusement à ce que l’on rencontre trop souvent dans notre univers.

Déjà, si les concepteurs des systèmes développés dans nos organisations cessaient de se dire le fameux «tant qu’à y être», peut-être les formulaires et autres considérations administratives seraient moins… lourdes.

Il y a quelques mois, lors d’un Web éducation, un présentateur nous a fait visiter le site de HydroQuébec (je crois que le formulaire n’est plus en ligne! enfin!), avec un éloquent formulaire en ligne qui appliquait la fameuse notion du «tant qu’à y être». Des tonnes de questions, dont certaines nettement questionnables (quoi? le NAS pour demander la facture en ligne?)

Alors, plutôt que d’ajouter, pensez à réduire!

Mais comme le mentionne l’auteur du billet, John Maeda nous met en garde: parfois, la simplicité requiert des connaissances de la part de l’utilisateur. La simplicité et la complexité sont complémentaires et certaines choses ne pourront jamais être totalement simplifiées…

J’ajouterais qu’il est fort simple, par contre, de tout complexifier!

One Comment

  1. Une petite phrase de Sint-Exupery que j’aime bien : “A designer knows he has achieved perfection not when there is nothing left to add, but when there is nothing left to take away.”

Comments are closed.