Informer par la bande dessinée?

L’idée n’est pas nouvelle, soit celle d’utiliser les bandes dessinées pour faire passer des messages ou bien donner de l’information. Smashing Mag a fait un article fort intéressant sur le sujet dernièrment.

J’ai alors pensé à un truc… Cette semaine, sur la liste des Webmestres, une collègue demandait:

[j’aimerais] savoir comment vous procédez pour faire connaître vos intranets à vos clients, plus précisément le personnel de vos organisations

Ok, où est le lien? ben… c’est peut-être un peu tordu, mais je crois que c’est le même problème dont il est question ici. Euh, un problème et une solution… mais bon, je ne dis pas qu’on devrait faire des BD dans les intranets, mais plutôt que… aarrggghhh! je vous explique.

Rendre le contenu intéressant et pertinent

Bon. Le nœud du problème, le cœur ou n’importe quel autre mot avec une ligature du genre (œ,je veux dire), c’est l’intérêt du contenu. Pas de contenu intéressant, personne ne va lire. Donc, si vous voulez que des gens lisent vos rapports long et fastidieux, assurez-vous de les rendre intéressants.

C’est là que la BD Intervient.

L’article de Smashing Mag présente comment faire une bande dessinée technique ou rendre un contenu lourd intéressant. La question de ma collègue est qu’elle veut que les gens aillent sur l’intranet ministériel et y reviennent. Pourquoi ne pas combiner les deux?

Donc, ce que je veux dire, c’est qu’il est possible de faire autrement que de diffuser de l’information lourde, textuelle, sans image, sans âme et de rendre le tout un peu plus ludique. Pourquoi pas?

Et oui, diffuser des bandes dessinées, ça peut donner un peu de vie à votre intranet. Un exemple tout simple, le soldat Chwinn, une BD qui paraissait dans le journal Adsum de la base de Valcartier. Je l’avoue bien candidement, c’était souvent pour cette raison que j’ouvrais le journal et le lisait… par la bande, je voyais aussi les autres articles.

La BD était l’élément accrocheur.

Un autre exemple. Combien parmi vous consultez régulièrement vos comics en ligne? Personnellement, j’en ai une série, que ce soit Dilbert, OOTS, XKCD ou d’autres que je vais lire dès que j’ai une notification dans mon agrégateur de RSS.

Pourquoi ne pas avoir quelque chose du genre dans nos intranets? Pas nécessairement une bande dessinée ou une carricature, mais plutôt un élément ludique, léger, qui nous donne envie d’y retourner et ainsi de voir des trucs nouveaux dans le site, par la bande (pas dessinée, celle-là).

Faire passer ses messages autrement

Bref, ce que je dis ici, c’est que je crois que, plutôt que de faire encore et encore du «push», de pousser l’information dans la gorge de nos utilisateurs d’intranets, en forçant des courriels de rappel ou en les obligeant à ouvrir Internet Explorer avec la page d’accueil de l’intranet par défaut, on devrait penser à l’élément accrocheur. Ce qui les fera revenir.

Certains la nomme la «Killer App», on pourrait dire aussi le «Killer Content». Et pour la loi 101, le «contenu tueur»… (ouf, pas le même effet…)

Aux détracteurs qui vont me dire que, dans le fond, un intranet, ce n’est pas ludique, c’est un outil de travail, bien je leur répond que c’est effectivement le cas. Je ne le nie pas, au contraire. Mais, généralement, une part de l’intranet est informationnelle, et on doit s’assurer que les employés y accèdent de temps en temps, au moins pour avoir un minimum d’infos. Rendez-leur la vie facile en rendant le contenu intéressant (et amusant?).

Vous verrez, il viendront d’eux même. Trouvez celui qui pourra faire la carricature de la semaine ou le Dilbert du ministère, vous allez voir la réaction!

La plus consultée d’un intranet est généralement le menu de la cafétéria… un peu triste, non? Faudrait changer ça…

Des fois, j’ai l’impression qu’on oublie de s’amuser au travail…