Baisser nos coûts de cellulaire: 3 leçons apprises

C’est bien connu, le Canada est l’un des endroits dans le monde où la téléphonie mobile coûte le plus cher. Je ne discuterai pas des causes ou des moyens de baisser les prix de façon globale, je ne les connais pas assez. Par contre, je peux vous raconter mon aventure des dernières semaines pour tenter de diminuer notre facture très élevée de téléphonie mobile, en espérant que ça pourra en inspirer quelques uns, et, qui sait, vous aider vous aussi. Voici donc 3 leçons apprises pour diminuer vos coûts de mobilité.

La situation

Nous avons une multitude d’appareils à la maison, majoritairement des Nexus (un Galaxy Nexus datant de 2011, un Nexus 5 de 2014 et mon bon vieux Nexus One… qui a rendu l’âme il y a un bout déjà). Ces appareils sont d’une simplicité d’utilisation mirobolante, si on compare aux autres que nous possédons: un Asus ZenPhone 2 et un Galaxy Note 4. Non pas que ce sont de mauvais produits, mais plutôt que la personnalisation est, disons, plus complexe.

Trois de nos quatre appareils: le Galaxy Nexus, le Nexus 5 et le Galaxy Note 4.

Tous nos appareils sont payés en entier, les deux ans de «contrats» (sans contrat, ironique tout de même) sont tous terminés, les appareils nous appartiennent donc. Nous en étions à regarder les options pour remplacer le Nexus 5, car ce dernier venait de rendre l’âme suite à une exposition à un froid trop intense… Une petite pièce à changer, soit le bouton de démarrage, un problème connu du Nexus 5.

Donc, le Nexus 5 commençait à faire de siennes, il partait en boucle. Nous avons approché notre fournisseur pour avoir une proposition de prix pour le remplacement de l’appareil et, tant qu’à y être, diminuer notre facture globale. Nous nous rabattions sur un Galaxy S6. Pas mon premier choix, mais le Google Pixel n’était pas offert par notre fournisseur.

Ainsi, notre demande était simple: nous fournir un nouvel appareil sans devoir débourser le 100$, puisque notre forfait était de 66$ (le Galaxy S6 était offert gratuitement avec un forfait de plus de 70$). Refus catégorique. On devait passer à un forfait de plus de 70$ par mois pour «profiter» de la «gratuité» de l’appareil, ce n’était pas discutable. C’était la goutte. Surtout que le fameux Galaxy S6 était une solution de remplacement. J’ai indiqué plus haut que nous avons bien des Nexus à la maison, et on voulait demeurer dans la même veine, d’où le Pixel. Mais au prix de détail suggéré, il n’était pas question d’en faire l’achat. Bref, il fallait trouver une solution.

Pourquoi acheter une nouvelle bébelle, hein?

Nous avons demandé à d’autres fournisseurs de nous proposer des prix, j’ai fait le tour. Ok, pas toujours facile de s’y retrouver au Québec avec les services offerts, les offres spéciales et tout le bataclan (même malgré des sites comme celui-ci). Il a fallu que je croise des données de l’un et de l’autre, compare des pommes, des oranges et quelques bananes au travers… mais l’idéal, c’est de bien connaître vos besoin.

Nous avions, ma conjointe et moi, deux gros forfaits cellulaires (6 Go) qui, dans les faits, n’étaient généralement pas atteints… effectivement, si on faisait 4 Go dans un mois, c’était un gros mois. On pouvait donc être moins gourmands. De plus, on a mon bon vieux Galaxy Nexus qui nous sert à la fois de téléphone résidentiel branché sur un appareil bluetooth (XLink Gateway) pour nous permettre d’utiliser les téléphones résidentiels via une ligne cellulaire, et qui sert aux enfants de temps en temps lorsqu’ils sortent de la maison.

Tout calculé, ça nous coûtait une fortune de cellulaire, pour trois appareils. S’ajoute le forfait du plus vieux qui, lui, ne pouvait brancher son appareil sur notre fournisseur, le réseau étant incompatible. Bref, nous avions besoin de 4 lignes, avec un nouveau téléphone à la clé.

C’est alors que nous avons pensé à un truc tout simple: un appareil usagé. Effectivement, ma conjointe adorait son Nexus 5, alors, pourquoi ne pas regarder du côté des petites annonces en ligne pour un nouvel appareil? En quelques minutes, j’ai trouvé un Nexus 5 en excellente condition, rouge (en bonus), pour 100$. Oui, 100$.

J’ai donc contacté notre nouveau fournisseur sélectionné, et lui ai indiqué que, au lieu de prendre un Pixel (qu’on devait payer un bon montant en plus d’un forfait élevé), on avait tous les téléphones en main. Savez-vous quoi? juste en apportant tous nos téléphones avec notre nouveau fournisseur, on a sauvé 30$ par mois sur le forfait, rien de moins. Si! Si! 30$, en trois mois, on avait payé le Nexus 5!

C’est alors que j’ai réfléchi à tout ça, les nouveaux téléphones, les gadgets, les bébelles… J’ai repensé à mon Galaxy Note 4 et à la possibilité qu’on m’avait offerte de passer au Galaxy Note 7 en septembre dernier (quelle bonne décision de ne pas l’avoir changé!!) et, sérieusement, je crois que je n’achèterai plus de téléphone neuf. C’est fou comment ça peut coûter cher, alors qu’il y a plein de gens qui vendent des appareils géniaux sur les sites de petites annonces.

La dame qui vendait son Nexus 5 venait de s’équiper d’un Galaxy S6. Oui, il est neuf, oui il est bien beau, mais le Nexus fonctionne à merveille. Et s’il plante d’ici un an, bien il sera tout de même moins cher que n’importe quel appareil.

Finalement, leçon 1: apportez votre téléphone et équipez-vous d’un appareil légèrement usagé, ce sera toujours moins cher qu’un appareil financé par votre fournisseur!

Les problèmes de réseau

Un problème que j’ai rencontré assez rapidement en magasinant les fournisseurs, c’est que nos appareils sont barrés pour ne fonctionner qu’avec le réseau d’origine. Ainsi, on achète un téléphone à fort prix, on le paie pendant deux ans et après, on ne peut pas regarder ailleurs, parce que ledit appareil est barré chez ce fournisseur… à moins qu’il ait été débarré.

Le meilleur moyen de savoir si votre appareil est débarré, c’est d’y insérer une carte sim (la carte qui provient de votre fournisseur mobile) qui vient d’un autre fournisseur. Si ça marche, hop! il est débarré. Sinon, il va vous demander un code pour débarrer. C’est là que ça devient compliqué.

Bon, j’ai beaucoup parlé des Nexus, et une raison qui fait que nous les aimions tant et qu’ils sont débarrés, par défaut! Ainsi, vous pouvez prendre votre Nexus et aller n’importe où sur la planète, acheter une carte SIM à un fournisseur local et voilà, vous avez un téléphone branché sur le réseau.

Vous avez un autre appareil? Dommage… vous devez le faire débarrer avant. J’ai passé une heure au téléphone avec mon fournisseur, à attendre, me faire changer de département, attendre de nouveau, me faire poser des questions quasi-indiscrètes pour connaître les raisons du «débarrage». Bref, c’était désagréable. Et ça m’a coûté 50$. Un frais «normal» pour débarrer un téléphone.

J’ai fini de payer mon téléphone. Il est à moi, non? est-ce que je peux en faire ce que je veux?

Il existe des services en ligne pour faire débarrer son téléphone, tous payants. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais ça revient à peu près au même que de téléphoner à son fournisseur, mais l’attente en ligne en moins (ça se fait en quelques heurs ou jours, selon le forfait choisi).

Mon Galaxy Note 4 était le seul appareil barré dans la maison. Même le ZenPhone était débarré. Malgré le coût de débarrage, je dois avouer que je suis gagnant en bout de ligne.

Leçon 2: faites débarrer votre téléphone, ou mieux, optez pour un téléphone qui est débarré par défaut, comme les Nexus ou bien le Pixel.

Apprenez à bidouiller vos appareils!

Les foutus appareils sont fragiles. Ils se brisent facilement. Bon, des fois, ce sont des problèmes un peu plus graves, comme des écrans qui se brisent… là, je dois avouer que c’est un peu plus complexe. Malgré tout, le problème récurrent et le plus fréquent, ce sont les batteries. Après un certain temps, même si on suit à la lettre les recommandations des fabricants, les batteries nous lâchent.

C’est pratique lorsqu’on a un appareil comme le Note 4, on achète une nouvelle batterie, comme la Anker, que je viens de me procurer dernièrement, on ouvre la capote arrière et on la place. Dossier réglé.

Installer une batterie neuve est d’une simplicité avec un appareil comme le Note 4. C’est plus complexe avec le Nexus 5, mais pas tant que ça.

C’est plus complexe avec les appareils dont la capote ne s’ouvre pas… en théorie. Malgré tout, ça se fait assez bien. Il existe une multitude de ressources en ligne pour vous aider. Si vous éprouvez des problèmes de batteries, n’hésitez pas, faites quelques recherches en ligne, regardez quelques vidéos et vous verrez qu’il n’y a rien de sorcier là dedans. Les kits de batteries viennent parfois avec des outils permettant d’ouvrir le téléphone (une pièce en plastique pour forcer l’ouverture et des tournevis). Si ça peut prolonger la vie de votre appareil pour 1 an ou deux, vous entrerez dans votre argent facilement!

Une autre situation, surtout pour les amateurs d’Android, c’est les mises à jour qui sont peu fréquentes pour certains appareils ou pire, ils ne sont plus supportés de façon officielle. C’est triste lorsqu’on a un appareil de qualité, qui fonctionne, mais le problème est logiciel.

Vient alors le bidouillage. Ok, je l’avoue, ce n’est pas à la portée de tous. J’ai moi-même eu quelques difficultés. Par contre, ça permet à un appareil vieillissant de demeurer actif, j’en ai comme exemple mon Galaxy Nexus. Il est vieux, il est lent, mais il fonctionne.

[Je parle en chinois] Je lui ai installé dernièrement une version légère d’Android, Paranoid Android et les Google Apps, format pico (l’espace disque étant très limité). J’ai réussi à faire le tout en moins de 40 minutes, ce qui est un record (ok, j’avais déjà été confronté à de gros problèmes que j’avais réglé la dernière fois que j’avais installé CyanogenMod – un bug avec le Recovery Clockwork, j’avais dû installer TWRP).[/ j’ai fini de parler en chinois]

Si vous voulez aller encore plus loin, c’est la prochaine étape pour moi, c’est la réparation physique de votre appareil préféré, comme pour le Nexus 5 qui nous a lâché. Je vais devoir changer le bouton d’ouverture (la switch on/off) qui fait que le téléphone est en loop d’ouverture/fermeture constante. Je dois avouer que je ne suis pas vraiment à l’aise, mais bon, il y a un début à tout, hein?

Bref, leçon 3: apprenez à bidouiller vos appareils, ne serait-ce que changer la batterie.

Finalement, ça donne quoi?

Au final, nous avons réussi à sauver considérablement sur nos coûts de cellulaire. Bien entendu, notre fournisseur actuel combinait plein de rabais multi-services, de plusieurs lignes… mais pour trois téléphones, ça nous revenait à 50$ par ligne, taxes incluses. Nous sommes maintenant rendus à un forfait autour de 30$ par personne, pour plus de services.

J’en conviens, ce n’est pas à la portée de tous, et qui, sérieusement, passera autant de temps que moi à magasiner des forfaits, bidouiller ses téléphones ou essaiera de les débarrer? En fait, plus que vous pensez. Et si ce que j’ai écrit ici vous permet éventuellement de sauver un peu, par exemple, en gardant votre vieux cellulaire plus longtemps ou en le remplaçant par un plus récent, mais acheté usagé, alors, c’est tant mieux.

Mon prochain combat, c’est le fournisseur Internet. Ouf.