Changer de cadre…

Aujourd’hui marque un grand changement dans ma vie professionnelle. Je viens de quitter le CSPQ après trois années à travailler pour le Centre de compétences Web comme stratège Web. Je quitte non pas suite à un manque d’intérêt ou une soudaine envie de changement, mais plutôt pour amorcer un virage dans ma carrière. Effectivement, je deviens cadre.

Quoi? Toi, cadre?

Ben oui. L’occasion s’est présentée et je l’ai saisie au vol.

Il y a quelques années, j’ai passé un concours de cadres. Vous savez, ce genre de concours où le gouvernement loue le centre des congrès pour un samedi entier et des milliers de personnes se rendent dans des salles pour noircir des cercles sur une grille. C’est ça. Un concours de sélection du gouvernement. Bref, je l’ai passé, mon nom était sur une liste depuis ce temps, mais c’était alors resté lettre morte. Jusqu’à récemment.

Je dois avouer que je n’avais alors pas cherché. J’ai pris ma sabbatique en 2011, je suis entré au CSPQ par la suite, sans vraiment porter attention à tout ça. Puis, cet été, quelques postes de cadres intéressants ont été affichés. Pourquoi pas? me suis-je dit. Je me sentais prêt. Disons que j’avais fait le tour du jardin. Non pas que je m’emmerdais, mais mes pantoufles devenaient trop confortables. Mon boulot devenait facile.

J’avais besoin de voir autre chose, de changer un peu le rythme. Le chemin pour s’y rendre, outre l’examen et avoir son nom sur une «liste de déclaration d’aptitudes», n’est pas de tout repos. On cherche des postes, on postule en remplissant un formulaire standardisé et après, on attend. Ça peut prendre du temps. De recevoir une invitation en entrevue est déjà une nette avancée. Après, il n’en tient qu’à moi!

Voilà, je commence aujourd’hui comme chef de service aux moyens de communications et relation clientèle du Ministère de la Santé et des services sociaux. Je continue dans le monde des communications et du Web, mais à un autre niveau cette fois, moins les mains dans le cambouis, mettons, mais avec un rôle plus administratif et de coordination. Bref, de la gestion.

C’est un gros changement. Je dois me mettre dans le bain, apprendre le ministère, l’équipe, le fonctionnement, le rôle de chacun. Bref, une nouvelle job. Il y a des défis intéressants et le contexte actuel impose de réfléchir à deux fois avant d’agir.

J’ai l’intention de continuer à bloguer et d’être actif dans la communauté Web de Québec. Bref, vous allez continuer à me voir de temps en temps.

Et pour ceux qui m’ont posé la question, non, je ne veux pas de cravates pour Noël!

TYPO3, forum, DAM, extranet, le tout étalé sur un an…

Logo Typo3

Ce mercredi, si tout va bien, je devrais participer à une demi-journée organisée par Infoglobe sur la mouture 4.2 de TYPO3. J’y ferai une courte intervention d’une quinzaine de minutes où je présenterai ce qui s’est passé en une année d’utilisation de TYPO3 dans mon organisation.

Bon, ok, j’en conviens, je n’étais pas présent au début, j’étais en congé parental… malgré tout, j’ai vécu les six derniers mois et je sais pas mal ce qui s’est passé pendant la période précédente. Bref, j’aurai de quoi parler, je pense!

Et ce «de quoi», ce sera quoi? (hiich! ça c’est pas du bon français!!). Je vais, entre autre, présenter un site en particulier, qui est déployé en extranet, soit sur un serveur sécurisé par une passerelle iChain. Ce site nous cause tout plein de maux de tête! Le certificat de sécurité empêche TYPO3 de faire certaines opérations, entre autre, l’accès en Back-end est «inhibé» par la sécurité! joyeux, non?

Je vais parler du DAM… du foutu DAM! Il nous cause plein de troubles… entre autre, pour ce qui est de l’indexation! Pour qu’un utilisateur soit en mesure d’utiliser un fichier qu’il vient d’ajouter au DAM, ce dernier se doit d’être administrateur de TYPO3! ridicule quant à moi! m’enfin…

Un petit mot probablement sur mm_Forum, qui sera joyeusement «flushé» de nos divers sites pour être remplacé par un vrai outil de forum, soit phpBB. Encore une fois, pour être administrateur du forum (uniquement), l’utilisateur doit être administrateur… de TYPO3! argh!

Je pourrai, si j’ai le temps, parler aussi de notre expérience avec les espaces de travail (workspaces) versus la structure de contenu d’un site. Lorsqu’un site se découpe de façon à ce que plusieurs personnes puissent y ajouter du contenu sans empiéter les unes sur les autres, on a tendance à découper la structure du site en espaces de travail. Or, ceux-ci peuvent devenir très confus et complexes à gérer… on en a eu une petite expérience.

Je terminerai tout de même sur une bonne note! TYPO3 fait très bien le travail pour lequel il a été conçu, soit la gestion d’un site Web. C’est quand on essaie de lui en faire faire un peu plus qu’il perd de son intérêt je crois: un vrai outil de forum fait mieux le travail qu’une extension, idem pour la gestion documentaire.

Mise à jour: Finalement, à moins d’un revirement extraordinaire, ma situation familiale m’empêche de présenter le travail effectué en un an avec TYPO3… ce sera pour une autre fois!

Le point sur l’appropriation de Typo3

Logo Typo3 Ça fait maintenant un mois que je suis de retour au bureau et autant de temps que je me fais les dents sur Typo3. Je crois donc qu’il est temps de donner mes impressions sur le produit.

Tout d’abord, je dois dire que l’utilisation d’un CMS est quelque chose de nouveau pour moi, donc il n’y a pas que l’appropriation du produit, mais aussi la révision des façons de faire.

Par exemple, j’ai toujours été habitué de travailler des fichiers (CSS, HTML) directement dans un éditeur performant. Or, dans un CMS comme Typo (ou bien d’autres), on doit passer pas un éditeur texte qui s’apparente plus à une fenêtre de saisie de texte (textarea) qu’à un éditeur. C’est là le plus gros inconvénient, selon moi. M’enfin, une fois passé ce problème d’utilisation, Typo3 s’est révélé très performant.

Bien entendu, on utilise TemplaVoila! comme outil de gabarits, ce qui donne une flexibilité assez surprenante au produit. De plus, Typo repose sur l’utilisation d’un langage «propriétaire1» de templating, soit le TypoScript. Ce langage me fait penser un peu (par sa facilité d’utilisation) à Velocity, un projet Apache. Bien que je ne sois pas du tout programmeur (et que je n’ai aucune envie de le devenir), le TS me permet certaines actions sans avoir à recourir à l’aide d’un développeur sur le plancher! joie!

J’ai aussi découvert que Typo3 repose sur une bonne communauté. Effectivement, lorsque j’ai un problème quelconque, une petite recherche dans Google et hop! je trouve une solution. Très souvent en anglais ou en français, mais aussi en allemand… alors là, c’est moins facile. Malgré tout, le TS est international et je réussis tout de même à m’y retrouver. Petit hic, le site de Typo3 est chiche en aide de toute sorte. Il faut vraiment aller dans les forums ou les archives de mailing lists. Les manuels d’extensions (sauf quelques grosses extensions, comme TT News) sont souvent maigres en information.

On déplore souvent de Typo sa courbe d’apprentissage qui est assez abrupte. Effectivement, il y a des concepts qui sont assez complexes à saisir au début, mais un fois qu’on a compris le fonctionnement, ça va bien. J’en suis encore à tenter de comprendre comment j’ai réussi à créer un élément dans mon template (TemplaVoila!) et de faire y mettre un contenu dans cet élément avec le TS… m’enfin, j’ai réussi.

On a eu aussi des problèmes d’extensions pour certains projets. Des extensions bâclées ou tout simplement mal foutues. Il y a de tout!

Tout est paramétrable dans Typo3! absolument tout! j’ai même réussi à faire en sorte qu’il cesse de mettre des commentaires (nommer les contenus dans la pages genre «début du contenu HTML») ou qu’il mette à tout bout de champ des balises «a id=”xxxx”», où les x correspondent au numéro du contenu de page… pas très utile dans un site en production! m’enfin… c’est facilement réglable.

Je continue de plancher là dessus. Nos premiers sites en Typo devraient être en ligne bientôt. Malheureusement, ce sont pour la plupart des extranets… désolé.

1 Je dis propriétaire, car c’est un langage qui n’est pas utilisé ailleurs, du moins, à ma connaissance. Dans les faits, le TS est ouvert, tout comme l’est Typo3!

Me voici de retour!

Eh bien oui! après une absence prolongée en congé parental absence prolongée du bureau pour raison parentale, je suis de retour au poste! Alors, que s’est-il passé pendant ces six mois?

Hummm… j’ai du pain sur la planche. Quand j’ai quitté le bureau, on venait à peine de sélectionner un CMS, soit Typo3, et voici qu’à mon retour il y a plusieurs sites déjà terminés! J’ai donc à me remettre dans le bain rapidement!

Un retour difficile…

Effectivement, le retour est difficile, pas au bureau, je crois que ça devrait bien se passer… mais plutôt pour le vélo! Je n’ai eu que très peu de temps pour me maintenir (ou plutôt, me mettre) en forme… ainsi, j’enfourche mon vélo pour parcourir mes 13 kilomètres matin et soir avec un peu d’embonpoint et des muscles très atrophiés… argh! c’est demain que ce sera difficile!!!

M’enfin, je devrais m’en sortir.

Je devrais donc recommencer à publier de façon plus fréquente!